Antsanitia février 2016

Première mission à Antsanitia

Avec la participation :

Dr Sandrine, coordinatrice du Projet

Lucienne, responsable locale de l’association

Gilles : Infirmier bénévole permanent de l’association

Josée et Berthe : Sages-femmes bénévoles permanentes de l’association

Edmond, Valery, Manio et Pascal : Internes en Médecine du CHU de Majunga

Elisa et Nadia : étudiantes à l’EMTH

Tatiana, Fitia et Mathieu : lycéens à Antananarivo

 

Nous avons été contactés en 2015 par l’ONG AMADA, qui a réalisé de nombreux projets dans le village d’Antsanitia. Ce village de pécheur de 400 habitants se situe à 25 km de Majunga. L’association AMADA y a construit : un dispensaire, une école avec 3 salles de classe. Ils ont également mis en place un programme de reforestation avec 400 000 arbres plantés depuis 2011 sur un territoire de 500 ha. Cette association nous a sollicités pour les soutenir dans le projet d’amélioration des conditions sanitaires de la zone.

Mr Gilles Tavernier infirmier bénévole de notre association s’est rendu chaque semaine à Antsanitia depuis décembre 2015 pour mieux évaluer le terrain, les besoins et les possibilités d’actions. Il a également commencé à faire des consultations paramédicales hebdomadaires à l’école d’Antsanitia comme nous le faisons dans les 2 EPP que nous suivons déjà. Cette collaboration permettra aussi à notre association de développer une nouvelle expérience en milieu rural. Nous avons ainsi intégré l’EPP d’Antsanitia dans notre programme d’appui médical et sanitaire des enfants des écoles de Majunga et y avons réalisé notre première mission pluridisciplinaire les 22 et 23 février 2016.

1 – Prévention maladies infectieuses

L'objectif primaire de la mission était de transmettre aux enfants et aux familles des notions d'hygiène élémentaires aux moyens d'ateliers théoriques et pratiques afin de prévenir les principales pathologies infectieuses.

Les messages étaient ciblés sur : le lavage des mains, l'hygiène alimentaire, le péril fécal (contamination de l'eau par les selles), l'hygiène des pieds et le port de chaussures source d'infections cutanées et parasitaires, ainsi que sur le risque de boire de l'eau souillée.

A la suite de l'atelier théorique, les enfants assistaient à un atelier pratique de brossage des dents. Une brosse à dent a été remise à chaque enfant.

Un traitement antiparasitaire (Albendazole) a également été distribué à chaque enfant de l’école à la fin de l’atelier.

Malgré le fait que l’école était fermée pendant nos 2 jours de missions, 137 enfants et 39 parents ont participés à ces ateliers, pour un effectif théorique de l’école de 160 élèves. Par ailleurs, des parents ont demandé un traitement antiparasitaire pour 4 enfants d’âge non scolaire (< 3 ans).

2 – Consultations

Nous avons proposé une consultation pédiatrique gratuite à 96 enfants (44 garçons, 52 filles). L’âge médian est de 7 ans (entre 0 et 15 ans). Parmi eux, on observe 11 enfants de moins de 3 ans, soit d’âge non scolaire.

Selon les critères de l’OMS, une malnutrition aigüe, soit un rapport Poids/Taille  - 2DS, a été constatée chez 26 % des enfants vus en consultations. Parmi eux, 2 enfants ont un rapport Poids/Taille  - 3 DS soit une malnutrition sévère nécessitant donc une prise en charge nutritionnelle. Ce taux est  plus élevé qu’à l’EPP d’Amborovy où nous avons observé une malnutrition aigüe chez 10 % des enfants. Le taux de malnutrition chronique 36 % est quant à lui proche de celui que l’on observe dans la région du Boeny chez les < 5 ans (44%).

Lors de ces consultations nous avons également observé un mauvais état bucco-dentaire avec des caries chez 45 % des enfants examinés.

Par ailleurs, les principaux motifs de consultations étaient liés à une symptomatologie pulmonaire, ORL et digestive qui sont connues comme les pathologies les plus fréquentes en Pédiatrie.

3 – Education sexuelle

Nous avons proposé aux femmes du village un atelier animé par 2 sages-femmes d’information sur la contraception et les infections sexuellement transmissible.

4 – Annexe

Des activités périscolaires ont été réalisées par des lycéens d’Antananarivo : coloriage et apprentissage d’une chanson en français dans le cadre d’un projet vidéo pour l’association.

Ces activités qui peuvent paraître anodines  sont très importantes pour ces enfants. Ça leur permet de sortir de leur quotidien, de s'ouvrir à un autre monde et de partager avec d'autres enfants.

5 – Difficultés rencontrées et perspectives

Nous avions pendant ces 2 jours étaient confrontés à la non disponibilité des enseignants. En effet seule une institutrice sur 3 était présente. Les cours n’étaient donc pas assurés et tous les enfants étaient éparpillés dans la cour de l’école. Nous avons de ce fait présenté des difficultés pour regrouper, identifier tous les enfants afin que notre action touche tous les enfants de l’école de façon exhaustive. Ce problème de disponibilité a également été évoqué concernant la sagefemme du dispensaire. Pour pallier à cela pour les enfants Gilles poursuivra ses consultations hebdomadaires à l’EPP.

Concernant les problèmes dentaires, nous programmerons une consultation sur site avec l’école de Médecine Dentaire (IOSTM). A partir de là on verra les soins à programmer par petits groupes selon les degrés d’urgence pour faciliter le transport sur Majunga. En effet, compte tenu de l’éloignement il nous semble difficile d’intégrer les enfants d’Antsanitia dans la semaine de soins que nous programmons de l’IOSTM.

Pour la malnutrition, un projet de cantine est déjà prévu pour l’EPP d’Antsanitia. En attendant, nous pouvons par contre organiser une supplémentation pour les 2 enfants présentant une malnutrition aigüe sévère.

Img 7828
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site