Mission Juin 2015

Mission Juin 2015

Du 8 au 12 juin

EPP Amborovy

Thème : Bilharizose

 

 

Avec la participation:

Dr Sandrine Ernould, Pédiatre au CHGM, coordinatrice du Projet

Dr Fethi Mezghiche, Pédiatre au CH d’Aubagne,

Les bénévoles de Tsiky Majunga : Gilles, Edmond, Elisette, Berthe et Josée

Les bénévoles de la JCI de Majunga : Ahamada, Armelle, Ehsen, Anja, Landy, Elia

Le service de Pédiatrie du CHU de Majunga, sous la coordination du Dr Lanto

Les élèves de l’EMTH et Sylviane

Le staff de l’EMTH : Lucienne, Sylvia, Joliot et Mamy

 

 

En 2013 nous avons observé des signes indirects de bilharziose, soit une présence de sang dans les urines, chez 1/3 des enfants de l’EPP d’Amborovy. Selon les recommandations de l’OMS nous avons traité toute l’école et ce traitement doit être renouvelé tous les 2 ans.

Compte tenu de ces  recommandations et de la recrudescence des consultations pour bilharziose ces derniers mois lors de nos missions, nous avons de nouveau consacré une semaine à cette pathologie à l’EPP d’Amborovy.

 

 

1)      Prévention et éducation à la santé :

 

1-1 Education à la santé sur la bilharziose

 

Nous avons proposé à tous les parents présents et tous les enfants de l’école, soit 540 enfants, des séances d’information sur la bilharziose urinaire par groupe de 10 à 15 enfants animées par des sages-femmes et un médecin du CHU de Mahajanga. Ces ateliers étaient principalements axées sur le mode de transmission et les conséquences de la maladie.

Nous avons réalisé avant l’atelier une évaluation simple des connaissances, par 2 questions, aux enfants ayant déjà reçu cette formation il y a 2 ans, soit les élèves de T3, T4 et T5. On observe une bonne connaissance, soit une bonne intégration des informations données lors des ateliers, avec plus de 70 % de réponses exactes dans les grandes classes.

 

 

1-2 Prévention

Poursuite de la prévention de la malnutrition par la distribution d’une collation, Koba Tsinjo, tous les jours à l’école aux enfants de CP (120 enfants à  Amborovy).

Prévention des parasitoses digestives par la distribution tous les 6 mois d’un traitement anti-parasitaire (Albendazole 400mg) à tous les élèves de l’école.

 

1)      Dépistage/Consultations et soins :

 

2-1 Dépistage et traitement de la bilharziose

 

Nous avons proposé à tous les enfants de l’école :

 

-          un dépistage de l’hématurie par bandelette urinaire Multistix®, considérée comme positive à partir d’une croix,

Nous n’avons pas fait le choix d’une estimation de la prévalence de la bilharziose par une recherche d’œuf dans les urines comme recommandé par l’OMS. Nous avons choisi de réaliser une estimation de la prévalence par l’hématurie à la bandelette urinaire pour des raisons pratiques et financières sur la base des résultats d’une étude réalisée au Burkina-Faso qui a permis d’obtenir une sensibilité de 84% et une spécificité de 85,9% du diagnostic par bandelettes urinaires.

 

-          une prise de Praziquantel à la posologie de 40 à 60 mg/kg aux enfants présentant une hématurie.

Nous n’avons volontairement  pas suivi les recommandations de l’OMS qui préconise un traitement de tous les enfants, tous les 2 ans, compte tenu de la prévalence d’hématurie que nous avions en 2013 (32.8%). En effet, nous avions présenté des difficultés à gérer les parents face aux effets secondaires que les enfants peuvent présenter suite à la prise médicamenteuse (3.8 % d’effets indésirables en 2013 : douleurs abdominales, vomissements, céphalées, vertiges spontanément résolutifs).

 

 

On note un taux d’infestation beaucoup plus élevé dans les grandes classes (T4, T5 : respectivement 68 et 69 % alors que hématurie positive chez 54 % de l'ensemble des enfantes de l'école)  malgré leurs connaissances de la pathologie. On observe que les élèves de T3 qui ont pourtant également reçu le traitement à titre systématique en 2013 présentent une prévalence plus faible de l’hématurie.

Ce taux plus élevé dans les classes de T4 et T5 peut être expliqué par une plus grande autonomie chez ces enfants plus agés, les exposant plus aux réinfestations dans les eaux stagnantes environnantes.

Cette augmentation de la prévalence, liée à des probables réinfestations, montre que des mesures d’assainissement des eaux dans leurs quartiers pourraient les prévenir ainsi qu'une sensibilisation à grande échelle des risques liés au contact des eaux stagnantes.

 

2-2 Consultations

 

Lors de cette mission nous avons proposé des consultations libres pédiatriques.

Nous n’avons pas proposé de consultations dentaires car les soins de tous les enfants des 2 écoles que nous suivons ont été réalisés en mai par les élèves de l’IOSTM.

Nous avons reçu au total 134 enfants en consultations Pédiatriques

Les consultations étaient réalisées par un Pédiatre du CH d’Aubagne, le Dr Mezghiche, assisté par 2 internes du CHU Majunga, ce qui permet d’intégrer aussi de l’enseignement à nos actions.

Les motifs principaux de consultations sont similaires aux précédentes missions, soit :

-          Des plaintes dentaires

-          Des pathologies des voies respiratoires : pulmonaires et ORL

-          Troubles digestifs.

Et des infections cutanées

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site